Choisir le statut EURL pour créer son entreprise

eurl-le-bon-choix

Les bases pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale : créer une entreprise et choisir son statut

Opter pour le statut de son entreprise est le premier pas à faire dans la création d’entreprise. L’activité et les prévisions ont une influence sur ce choix.Deux options sont envisageables : il est possible de créer une entreprise individuelle pour exercer en son nom. Mais on peut aussi créer une personne morale.Avec la deuxième solution, on dissocie entièrement l’activité professionnelle et le patrimoine personnel. En cas de difficulté financière, celui-ci reste donc protégé.

Les deux options possibles pour une société unipersonnelle : EURL ou SASU, comment faire le bon choix

Quand un entrepreneur crée ou reprend une entreprise, il a deux solutions à disposition. Il peut soit monter une EURL soit se tourner vers une SASU.C’est au niveau du régime social que la différence principale se fait sentir. Le gérant d’une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée est considéré comme un travailleur non salarié.Alors que dans une Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle, le dirigeant est assimilé salarié. A partir de là, on peut en tirer certaines conclusions au niveau rémunération et protection sociale.En effet, les charges sociales liées à la rémunération de l’entrepreneur ne seront pas les mêmes. Par ailleurs, la performance de la protection sociale varie aussi, et la gestion administrative de sa paie n’est pas la même non plus.En résumé, le dirigeant d’une EURL bénéficie en général d’une rémunération plus élevée. Mais la couverture sociale du dirigeant d’une SASU est de meilleure qualité.La fiscalité diffère aussi dans le sens où une EURL peut choisir d’être imposée sous le régime de l’IS ou de l’IR. Une SASU n’a pas le luxe de choisir et doit suivre l’IS obligatoirement en bénéficiant des avantages qui y sont liés pendant 5 ans au plus.

Le comparatif de la création d’entreprise : faut-il vraiment choisir une EURL ?

L’avantage principal d’une création EURL est de limiter la responsabilité aux capitaux initiaux versés. L’entrepreneur est libre de fixer le montant comme bon lui semble, et met son patrimoine personnel hors de portée.Il est possible, pour une EURL uniquement, de choisir d’assujettir sa société soit à l’IS soit à l’IR. Les entrepreneurs fortement imposés ont tendance à choisir l’IS pour optimiser leur fiscalité.De la même manière, le régime social est optimisé avec l’IS. Les cotisations sociales sont en effet basées non pas sur les bénéfices mais les rémunérations.Une EURL a également une gestion simplifiée par rapport à une SARL, les PV d’assemblée et les rapports de gestion ne sont en effet pas obligatoires.Néanmoins, il y a aussi quelques inconvénients, tout n’est pas si rose. La responsabilité limitée aux apports versés a tendance à disparaitre pour les entrepreneurs ayant souscrit un crédit car des garanties personnelles doivent être engagées.La lourdeur de fonctionnement est également un frein, les obligations comptables ne sont pas simplifiées et le régime micro-social n’est pas associé à ces statuts comme il l’est pour les entreprises individuelles.Enfin, quand une entreprise choisit d’être taxé selon le modèle de l’IS, elle devra payer les cotisations sociales liées à la quote-part des dividendes versés.Cela concerne les montants excédant les 10% du total du capital social, incluant les sommes versées en compte courant et les primes d’émission.Le choix d’un statut juridique est la première étape dans la création d’une entreprise, on peut se tourner vers une EURL.