Assurance auto : bonus ou malus, comment cela fonctionne

Assurance bonus malus

La clause de bonus-malus est un système de réduction-majoration de la prime d’assurance à chaque échéance annuelle : la prime de référence est réduite en fonction du nombre d’années sans sinistre ou au contraire, majorée en fonction du nombre de sinistres enregistrés. Le bonus-malus, appelé également coefficient de réduction-majoration, s’applique à la prime de référence, c’est-à-dire la prime de l’assureur. Il prend comme référence la période de 12 mois consécutifs précédant de 2 mois l’échéance annuelle du contrat (par exemple, prise en compte des sinistres d’octobre à octobre pour un contrat dont l’échéance annuelle est le 31 décembre).

Vous avez toujours voulu savoir quel est le calcul de l’assurance pour le coefficient bonus-malus ? Parce qu’assurer son auto est beaucoup plus facile quand on connait les règles de fonctionnement du calcul de la cotisation, nous allons détailler ci-après le mode de calcul du coefficient bonus-malus dont le nom légal est « coefficient de réduction majoration ».

Comment se calcule le coefficient bonus-malus ?

Pour toutes les assurances « voiture », le mode de calcul du coefficient bonus est le même. Différentes règles encadrent ce calcul. Ces règles sont édictées à l’annexe à l’article A121-1 du code des assurances. Nous allons vous les retranscrire : Après chaque période annuelle d’assurance sans sinistre, le coefficient est réduit de 5 %, arrêté à la deuxième décimale et arrondi par défaut. En formule mathématique cela donne : ancien coefficient de réduction majoration X 0,95 = nouveau coefficient de réduction majoration Lorsqu’un sinistre survient pendant la période annuelle d’assurance, le coefficient est augmenté de 25 % en cas de responsabilité totale ou de 12,5 % en cas de responsabilité partielle. En formule mathématique, cela donne : Pour un sinistre totalement responsable :
ancien coefficient de réduction majoration X 1,25 = nouveau coefficient de réduction majoration
Pour un sinistre partiellement responsable :
ancien coefficient de réduction majoration X 1,125 = nouveau coefficient de réduction majoration
S’il y a plusieurs sinistres dans l’année, la formule est appliquée autant de fois qu’il y a de sinistres. Le coefficient de réduction majoration ne peut être ni inférieur à 0,50 (équivalent à 50 % de bonus) ni supérieur à 3,50 (équivalent à 250 % de malus). Lorsque le coefficient de réduction majoration est de 0,50 pendant une période d’au moins 3 ans, le premier sinistre n’impactera pas le coefficient.

Exemples

1) Vous avez un coefficient de réduction majoration de 0,71 (bonus de 29 %). Vous avez eu 2 sinistres responsables dans l’année. 0,71 X 1,25 = 0,8875 = 0,88
0,88 X 1,25 = 1,1 Votre nouveau coefficient est de 1,1 (malus de 10 %) 2) Vous avez un coefficient de réduction majoration de 0,71 (bonus de 29 %). Vous n’avez pas eu de sinistre dans l’année. 0,71 X 0,95 = 0,6745 = 0,67 Votre nouveau coefficient est de 0,67 (bonus de 33 %) 3) Vous avez un coefficient de réduction majoration de 0,71 (bonus de 29 %). Vous avez eu un sinistre partiellement responsable dans l’année. 0,71 X 1,125 = 0,6745 = 0,79875 = 0,79 Votre nouveau coefficient est de 0,79 (bonus de 21 %)